République et canton du Jura

Treize nouveaux experts de la circulation reçoivent leur diplôme à Delémont

Date : 16.04.2010 12:18:00

Delémont, le 16 avril 2010

Treize nouveaux experts de la circulation dont deux Jurassiens ont reçu vendredi (16 avril) leur diplôme à Delémont. L’Office des véhicules jurassien est cette année l’organisateur de la cérémonie de remise des diplômes aux experts romands, qui s'est déroulée dans les locaux de la Fondation rurale interjurassienne à Courtemelon en présence du Président du Gouvernement et du Président de l’asa (association des services des automobiles).


Comment devenir expert-e de la circulation ?
Pour être engagé-e dans un service automobile et entamer la formation d’expert-e de la circulation, il faut au préalable être au bénéfice d'un CFC de mécanicien-ne sur automobile ou d’une profession technique équivalente, posséder le permis des catégories B ou C depuis au moins trois ans sans avoir compromis la sécurité routière et avoir 24 ans révolus. Le statut de l’expert-e de la circulation est défini par l’OAC (Ordonnance fédérale réglant l’admission des personnes et des véhicules à la circulation routière). Il peut revêtir plusieurs formes, expert-e chargé-e des contrôles de véhicules, expert-e chargé-e des examens de conduite ou enfin expert-e polyvalent-e chargé-e des contrôles de véhicules et des examens de conduite. La profession est ouverte indifféremment aux femmes et aux hommes.

Et la formation ? Elle se déroule sur une année. La partie pratique est assurée par le canton employeur, sur la place de travail, la formation théorique est centralisée et elle se déroule au Service des automobiles à Lausanne, ainsi qu’à l’école d’ingénieurs de Bienne pour la partie technique, respectivement le Centre de Tests Dynamiques (DTC) à Vauffelin.

La formation est harmonisée pour les deux communautés linguistiques du pays. Elle porte sur le droit (admission des personnes et des véhicules, règles de circulation), la psychologie, les mathématiques et la physique, la construction et l’équipement des véhicules automobiles, la théorie du trafic et les branches pratiques, accomplissement des examens de conduite et admission des véhicules.

Il faut compter environ 600 périodes d’instruction partagées en parts égales entre la pratique et la théorie pour l’expert-e polyvalent-e. La durée de formation est réduite de moitié pour l’expert qui ne pratique que l’une ou l’autre des disciplines, contrôles des véhicules ou examens de conduite. La formation est validée par un examen final portant sur les matières prescrites par la loi. Le diplôme validant la réussite des examens finaux est délivré par l’asa.

Outre la dimension du savoir, celles du savoir-faire et du savoir-être sont également cultivées. Le but ultime est de promouvoir la qualité des services non seulement au niveau purement technique, mais aussi au niveau relationnel.

Il convient de relever que l’adoption des normes européennes, la technicité croissante de la construction des véhicules et des moyens de contrôle, notamment par l’irruption massive de l’électronique et de l’informatique, ont considérablement changé le métier, exigeant engagement et volonté pour rester à jour dans ses connaissances.

Il n’en reste pas moins, malgré toutes ces pressions, que le métier garde son attractivité, preuve en est le nombre important de candidatures et la stabilité de ses effectifs. Métier composite dans la mesure où il allie les compétences du spécialiste, la relation directe avec le public et un idéal, la sécurité routière. 

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2014