République et canton du Jura

Augmentation des primes de l'assurance-maladie EGK: colère et incompréhension du Gouvernement jurassien

Date : 29.02.2012 09:30:00

Delémont, le 29 février 2012

L'annonce de l'augmentation massive des primes d'EGK pour l'assurance-maladie de base, au 1er mai 2012, a soulevé de vives réactions parmi la population jurassienne. Le Gouvernement jurassien s’offusque de l’attitude d’EGK et de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Il constate que les limites du système actuel de l'assurance-maladie sont dépassées.
 

L'annonce d'un «ajustement» des primes par EGK au 1er mai 2012 aurait pu passer inaperçue ou faire l'objet d'un simple encadré de quelques lignes dans la presse. Mais peut-on décemment parler d'un ajustement lorsque les augmentations vont de 25 % à 70 % pour les assurés jurassiens, selon le modèle d'assurance et la franchise.

Le Gouvernement ne peut tolérer la situation actuelle, qui résulte de graves erreurs de prévisions commises par EGK, notamment au niveau de ses effectifs pour 2011 et vraisemblablement pour 2012 également. Il ne peut accepter non plus que l'OFSP, office en charge de la surveillance de l'assurance-maladie sociale, n'ait pas su voir les risques encourus par EGK lors de l'approbation des primes 2012. Enfin il ne peut admettre un système qui permet aux assureurs de demander des augmentations de primes d'une telle ampleur, quelques mois après la publication de hausses très minimes. Il s'agit d'un profond dysfonctionnement du système. De plus, l'argument invoqué par EGK, à savoir une hausse imprévisible du nombre d'assurés en 2011, n'est pas cohérent. En effet, au moment de leur approbation par l'OFSP en septembre 2011, l'effectif 2011 était connu. On a ainsi clairement atteint voire dépassé les limites du système. L'attitude de l'OFSP, qui n’a par ailleurs pas jugé nécessaire d'informer les cantons de cette hausse, démontre bien, aux yeux du Gouvernement, son incapacité à effectuer un travail de surveillance du système de l'assurance-maladie.

La question de la pertinence du système actuel se pose plus que jamais. Certes les assurés jurassiens concernés sont invités à changer d'assureur (délai de résiliation au 31 mars 2012). Cependant, qui peut garantir que dans trois mois, un autre assureur n'annoncera pas des difficultés suite à l'afflux de nouveaux assurés au 1er mai? Peut-on vraiment faire confiance à l'OFSP pour surveiller l'activité des assureurs-maladie qui, rappelons-le, gèrent une dépense globale de 25 milliards de francs par année?

Autant d'arguments qui font dire au Gouvernement que d'autres alternatives existent et devront rapidement revenir sur le devant de la scène politique: réserves conjointes (pool de réserves), modèle LPP (les réserves suivent l'assuré lorsqu'il change de caisse) voire caisse maladie unique.

Le Gouvernement jurassien ne s'accommodera pas d'un attentisme de la Confédération en la matière. Il estime qu'il n'est pas acceptable que les erreurs d'appréciation des uns, assureurs et OFSP, doivent être assumées par des ponctions supplémentaires, non directement imputables aux coûts de la santé, dans le porte-monnaie des assurés. Il le fera savoir par un courrier à l'assureur concerné ainsi qu'à l'OFSP.

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2014