CREA - Image décorative CREA - Image décorative

Rentrée scolaire: une meilleure dotation pour les directions des écoles primaires et secondaires

Date : 14.08.2015 10:30:00

Le 17 août 2015, ce ne sont pas moins de 5900 élèves qui retrouveront les bancs de l’école primaire et 2208 élèves pour les écoles secondaires, soit 8108 élèves au total (8217 en 2014). Pour le corps enseignant, l’école jurassienne pourra compter sur 933 enseignant-e-s (698 EPT) auxquels s’ajouteront quelques 200 enseignant-e-s rémunéré-e-s à la tâche. A la rentrée 2014, le personnel enseignant comptait 964 personnes pour 714 EPT. Dans l’optique d’une amélioration de la gouvernance des écoles, le Gouvernement a pris une décision favorable concernant le temps mis à disposition et la reconnaissance des activités de direction.


Dans le sillage des derniers résultats PISA, l’école jurassienne est en bonne position dans l’espace romand de la formation. Le Plan d’études romand est appliqué et les moyens d’enseignement correspondant trouvent progressivement leur place dans les cycles scolaires. Malgré de nombreux départs en retraite en janvier et en juillet 2015, tous les postes dans l’enseignement obligatoire sont occupés par du personnel enseignant formé.

Au vu du succès rencontré à l’école primaire en matière d’offres en enseignement bilingue allemand, un projet sera évalué sur un site à partir du second semestre de l’année scolaire qui débute pour étudier les possibilités de transition avec les projets bilingues déjà mis en place au secondaire II.

Au niveau des formations postobligatoires, les effectifs définitifs seront connus à fin septembre. Les premières estimations laissent apparaître une certaine stabilité par rapport au nombre total d’élèves, avec une légère progression dans certaines filières, notamment à l’école de culture générale. Par ailleurs, une filière de maturité spécialisée dans le domaine de la pédagogie sera proposée pour la première fois aux étudiant-e-s de l’Espace BEJUNE sur le site de Bienne.

L’année scolaire écoulée s’est traduite par de nombreux changements dans les équipes d’enseignant-e-s, avec le départ en retraite ou en retraite anticipée au 1er février 2015. Avec 42  et 14 départs au SEN, respectivement au 31 janvier et au 31 juillet, le Service de l’enseignement et les Commissions d’école ont effectué un travail conséquent. A la suite d’un second semestre mouvementé lié à ces nombreux départs le travail des uns et des autres a permis de repourvoir  tous les postes. Toutefois, cette situation positive connaît un bémol, soit le fait que pour les remplacements, il sera difficile de pouvoir compter sur des enseignant-e-s formé-e-s. Près de 160 contrats ont été établis pour les enseignant-e-s qui occuperont un nouveau poste ou qui verront leur mandat reconduit pour une année. Pour le CEJEF, seuls 10 enseignant-e-s ont mis un terme à leur activité en 2014-2015, avec pour conséquence une situation maîtrisée en matière de personnel enseignant.

L’application du Concordat Harmos est effective pour l’ensemble de la scolarité et le Plan d’études romand est appliqué dans l’ensemble des cycles. Les élèves bénéficient des nouveaux moyens d’enseignement qui sont mis en place régulièrement. Pour l’année 2015-2016, le canton du Jura, tout à fait en phase avec le rythme romand, verra l’introduction de moyens d’enseignement soit nouveaux ou complémentaires aux moyens utilisés en français, en allemand et en géographie.

L’année écoulée a vu l’introduction de l’anglais en 8e Harmos ainsi que la consolidation de l’apprentissage de l’allemand dans les offres bilingues proposées à l’ensemble des élèves du primaire. Un effort doit encore permettre la mise en œuvre de l’enseignement de l’allemand par immersion aux degrés 9 à 11 H de l’école secondaire, créant ainsi une continuité avec  le secondaire II qui offre déjà dans certaines filières de l’enseignement bilingue. D’ailleurs, à la fin de l’année scolaire 2015-2016, la Division lycéenne du CEJEF délivrera une maturité gymnasiale bilingue aux premiers élèves qui auront accompli leur parcours à Laufon pendant deux années, puis à Porrentruy également pour la même durée.

A noter que pour la prochaine rentrée scolaire, seul le Collège Thurmann à Porrentruy bénéficie du label » Swiss Olympic Partner School », octroyé par Swiss Olympic pour une durée de quatre ans.

En ce qui concerne la gestion des écoles et au vu de l’abandon du projet d’arrondissement tout comme de la nécessité de renforcer la professionnalisation des directions d’écoles, le Gouvernement a validé pour la rentrée scolaire une amélioration du statut des directions des écoles primaires et secondaires. Il est octroyé davantage de temps aux directeur-trices-s pour effectuer les tâches de gestion et en leur donnant la possibilité de désigner, en fonction de la dimension de l’établissement, un directeur-trice adjoint-e  et/ou un-e membre de direction.

Les mesures OPTI-MA ont déjà déployé quelques effets. A l’école primaire, douze classes sont fermées suite à l’application plus rigoureuse des bases légales. En revanche, quatre classes ont été ouvertes pour absorber les effectifs plus importants dans certains cercles. D’autres fermetures seront mises en œuvre pour la rentrée 2016. Du côté des écoles secondaires, on assiste également à une diminution globale de deux modules et de deux classes en fonction des effectifs scolaires. Du côté du CEJEF, les efforts visant à dégager les économies décidées se poursuivent. Par exemple, pour les écoles à plein temps, le nombre de camps organisés durant le cursus de formation passe de trois à deux.
 

Les jeunes Jurassien-ne-s privilégient la formation professionnelle

Par rapport à l’année dernière, la situation des élèves ayant terminé leur scolarité au mois de juillet 2015 n’a pratiquement pas changé. Le nombre de jeunes libérables de la scolarité obligatoire a légèrement diminué. Ils étaient 947 cette année contre 965 en 2014, ce qui correspond à une baisse de 2%. Pratiquement la totalité d’entre eux (98 à 99 %) a trouvé une solution de formation ou de transition.

L’apprentissage reste la voie préférée. En effet, pratiquement la moitié des jeunes opte pour une formation professionnelle (45,72%), alors qu’un peu plus d’un quart (29,14%) se dirige vers une formation générale du secondaire II (Lycées ou Ecole de culture générale).

Les contrats d’apprentissage étant signés jusqu’aux vacances d’automne, on peut se réjouir du fait que malgré le fait d’une potentielle détérioration économique dans le secteur industriel, les entreprises continuent à accueillir des jeunes en formation. A ce titre, des premières indications laissent entrevoir, dans le secteur des métiers de l’industrie et de la technologie, une augmentation de l’ordre de 3% par rapport à la moyenne des cinq dernières années (130 contre une moyenne annuelle de 125,6). Les mesures de valorisation et de promotion en vue de rendre les métiers techniques plus attractifs semblent déployer progressivement des effets positifs, avec toutefois encore des efforts à porter pour accroître encore l’intérêt des filles pour ce type de métiers. Pour preuve, la voie de la formation professionnelle est encore nettement plus souvent choisie par les garçons, avec 56,1% et  35,5% de filles.

Il peut être précisé que le « baromètre des places d’apprentissage » recensait une centaine de places libres au mois de juillet 2015. Les jeunes désireux de s'orienter vers une formation professionnelle disposent par conséquent d’un choix de places d'apprentissage suffisant. La problématique de l’inadéquation entre places offertes et profil d’intérêts ou de compétences des jeunes reste d’actualité. Comme le souligne le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) dans son communiqué publié au mois de juin 2015,  la demande de places d’apprentissage est supérieure à l’offre dans les branches "bureau et information", "impression, design et arts appliqués" et "informatique". A l’inverse, un excédent de l’offre est observé pour les branches "architecture et construction", "services", "nature et agriculture" et "industrie ".
La baisse des effectifs d’élèves en fin de scolarité de ces prochaines années risque de contribuer à augmenter ce différentiel et il s’agira de définir une stratégie de mesures préventives afin d'éviter une situation de crise pour les secteurs d’activité concernés.

Considérant l’effectif global des élèves en fin de scolarité, 75% trouvent une solution de formation certifiante (apprentissage ou formation générale). Les filières de transition jouent le rôle escompté, à savoir de proposer à des jeunes au profil scolaire plus modeste une année supplémentaire pour notamment renforcer leur profil scolaire ou entrer par le biais de stages dans le monde du travail. A ce titre, un plus de 50% des jeunes avec un profil CCC ont recours à ces offres.
 

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2014