Le contrôle régulier des chauffages par les ramoneurs garantit l'exploitation optimale des installations de combustion. Il contribue de manière importante à la protection de l’air et à l'économie d'énergie.
 

Elément décoratif - Feu

Les chauffages émettent des fumées polluantes. Afin de maintenir les atteintes à l’air dans des limites fixées par la Confédération, des contrôles réguliers sont effectués.

Le contrôle officiel est effectué automatiquement par les ramoneurs une fois tous les deux ans sur les 14'500 installations que compte le canton du Jura. Il fait l'objet d'un rapport officiel. Ce contrôle prend peu de temps et consiste à analyser plusieurs composants des fumées émises. Les frais sont à la charge du détenteur de l’installation. Pour ces prestations, le ramoneur facture un montant pour son travail ainsi qu'un émolument pour l'Etat. Si le résultat du contrôle est insatisfaisant, et uniquement dans ce cas, le propriétaire de l'installation doit faire appel à une entreprise spécialisée et reconnue par l'Etat. Cette dernière réglera de manière optimale l'installation mise en cause, puis remplira une déclaration d'émissions. Si, après réglage, l'installation ne peut toujours pas satisfaire aux normes, l'Office de l'environnement (ENV) fixera un délai pour son assainissement.

Le Gouvernement Jurassien a délégué les tâches de contrôles officiels à l'Association Cantonale Jurassienne des Maîtres-ramoneurs (ACJMR) par le biais d'une convention. Les ramoneurs se sont vus attribuer un secteur de contrôle et visitent les installations d'une puissance inférieure à 1 MW.

Les installations de combustion de plus de 1 MW, ainsi que les installations à bois de plus de 70 KW sont contrôlées officiellement par l'ENV, en collaboration avec le canton de Neuchâtel. 

Chauffage au bois - Allumage: le bon départ

Combustion sans dégagement de fumée – cette nouvelle méthode d’allumage simple et efficace permet de réduire sensiblement les émissions de polluants durant la combustion. Le bois brûle progressivement du haut vers le bas. Par rapport à l’allumage par le bas cette combustion se déroule plus lentement et peut mieux être contrôlée durant toute la durée du processus. 

Allumage, le bon départ

Source: Canton de Zoug / Energie-bois Suisse