Les odeurs issues de l'industrie ou de l'agriculture peuvent incommoder le voisinage. Cependant, aucune norme ou valeur limite n'est disponible afin de quantifier ces nuisances.
 

Fumée industrielle sortant d'une cheminée d'usine

Les émissions dues à l'industrie et à l'artisanat proviennent en général de la combustion industrielle, de l'utilisation de solvants ou encore des émissions de composés organiques volatils. La pollution de l'air par les minuscules particules de poussière constitue aussi un problème.

Le règlement des problèmes liés aux nuisances olfactives se fait au cas par cas. Dans le cas de nuisances provenant de l'industrie, une solution à l'amiable avec l'entreprise responsable doit être en premier lieu recherchée. Des mesures organisationnelles simples sont parfois suffisantes.

Autrefois, les élevages fermés avec ventilation forcée émettaient ponctuellement des odeurs. Aujourd’hui, les systèmes de stabulation ouverts à aires multiples et parcours extérieurs diffusent des odeurs en continu.
Les immissions excessives se produisent en général lorsque les distances minimales ne sont pas respectées ou que la situation géographique est problématique.

Aucune valeur limite d’émission ou d’immission ne peut être indiquée pour les substances odorantes issues de l’élevage d’animaux. Les distances minimales entre l'installation d'élevage et le voisinage diffèrent de cas en cas. Sur la base de caractéristiques liées à l’exploitation, la Station fédérale agricole de Tänikon a développé une procédure de calcul permettant de déterminer la distance minimale à respecter pour tous les nouveaux projets.