Le forestier-bûcheron travaille à l’extérieur, en forêt, en pleine nature et à l’air libre. C’est certainement un beau métier mais qui ne correspond pas toujours à l’image romantique que l’on se fait. Que ce soit par mauvais temps, dans les terrains raides ou dans des conditions difficiles, le forestier-bûcheron doit également exécuter un travail physique et exigeant.
 

Aujourd’hui, dans l’apprentissage de forestier-bûcheron, on accorde une grande importance à une solide formation de base. La sécurité au travail, les nouvelles techniques de travail et l’équipement sont des thèmes importants des entreprises forestières. Pour vous donner un aperçu de ce métier, nous vous proposons de vous présenter rapidement le contenu de la formation du forestier-bûcheron.

Comment devenir forestier-bûcheron?

Au cours de ses dernières années d’école obligatoire, l’intéressé(e) prend contact avec l'Office de l'environnement, Domaine forêts (T 032 420 48 31). Un stage pourra lui donner un premier aperçu du milieu forestier et des métiers de la forêt. C’est l’occasion de se faire une idée réaliste des tâches du forestier-bûcheron ainsi que des possibilités d’emploi.

L’apprentissage, qui dure trois ans, peut être fait dans une entreprise publique ou privée, sous la direction d’un maître d’apprentissage. Un jour par semaine, l’apprenti (e) suit l'école professionnelle à Moutier (BE) sur les thèmes suivants:

  • 1/2 jour pour les branches forestières (sylviculture, protection de la forêt, connaissance des essences, etc.)
  • 1/2 jour pour les branches générales (français, connaissances commerciales, informatique, etc.).

Les quatre jours restants sont voués à la formation pratique, sous la responsabilité de l’entreprise qui emploie l’apprenant(e). Cette partie, qui est la plus importante de l’apprentissage, est encore complétée par différents cours pratiques. 

Récolte du bois

Chaque année d’apprentissage, un cours de deux semaines sur la récolte et le débardage des bois sont organisés. On y enseigne la technique d’abattage à l’aide de la tronçonneuse. Le but est d’apprendre à couper des arbres avec précision et selon les règles de sécurité, ceci pour des cas faciles comme pour des situations compliquées. De plus, différentes techniques d’ébranchage, de préparation et de transport des bois y sont démontrée.

Génie forestier

Pendant sa deuxième et troisième année d’apprentissage, l’apprenti(e) forestier-bûcheron suit un cours de génie forestier d’une durée de trois et quatre jours. Il lui sera entre autres enseigné les techniques de construction de barrages en torrent, de stabilisation de glissement, de protection diverse ainsi que les méthodes d'arpentage. La construction d’infrastructures de délassement (places de jeux, pistes de jogging, tables, bancs, etc.) y est également traitée.

Sylviculture et écologie

En première et deuxième année, un cours de sylviculture est organisé durant quatre jours. Cette formation est très importante car on y apprend à soigner les arbres âgés de 1 à 30 ans qui représentent les forêts de demain. Ces travaux comprennent le dégagement des jeunes plants, l’élimination des arbres présentant des défauts et la favorisation des arbres qualitativement les meilleurs.

Premiers secours pour le personnel forestier

Dans un cours de deux jours, l’organisation et les services de premiers secours en cas d'accident en forêt sont exercés.

Ce court aperçu de l’apprentissage de forestier-bûcheron montre combien ce métier est varié et intéressant. Il ne faut pas oublier qu’un arbre vit 100 à 150 ans ou même plus et que le forestier-bûcheron poursuit ainsi le travail de ses prédécesseurs pour les générations futures.

Apprentissage de forestier-bûcheron

Les apprentis sont confiés, pour leur formation, à un formateur qui s'occupe de la forêt où l'apprenti travaille. En fonction de l'organisation de la forêt, le formateur peut être le garde forestier, un contremaître ou un forestier-bûcheron ayant suivi le cours de formateur. Une partie de la formation pratique peut-être déléguée à un forestier-bûcheron ayant suivi la formation de responsable de la formation pratique.

Dans quelques cas, le formateur est un entrepreneur forestier agréé par la Commission d'apprentissage; il est également l'employeur de l'apprenant. 

Dans tous les cas, le Service de la formation des niveaux secondaire II et tertiaire (SFO) exerce la surveillance et la coordination des apprentissages.