Les propriétaires de forêts et les communautés forestières sont soumis à l'obligation d'établir un plan de gestion forestière (PGF) en application de la législation forestière (Art. 37, al. 2 de la loi sur les forêts, RSJU 921.11) à partir d'une surface de 50 ha. La durée de validité est fixée à 15 ans. Le plan de gestion forestière constitue le principal instrument devant guider la gestion du propriétaire à moyen et long terme. De tels plans (précédemment appelés plans d'aménagement) existent dans les forêts jurassiennes depuis plus de 150 ans.
 

Deux cartes de base sont établies dans la phase initiale de révision du PGF

Carte des objectifs d'aménagement

Cette carte localise dans le terrain les objectifs centraux du propriétaire (production, protection, nature-paysage, utilisation particulière). Elle indique également les objectifs complémentaires qui complètent l'objectif d'aménagement.

Ces cartes sont disponibles sur le géoportail cantonal. La carte des interventions est actualisée par le garde forestier de triage.

Carte des interventions

En forêt fermée, la carte des interventions comprend les types suivants identifiés par une couleur: les soins aux recrûs, l'éclaircies de perchis, l'éclaircie de futaie, différents types de coupes de régénération, les coupes jardinatoires et les interventions hors exploitation.

En pâturage boisé et selon les densités de couverture du sol (1-20%, 20-70%), les types suivants sont différenciés: maintien du taux de boisement, augmentation du taux de boisement. La diminution du taux de boisement peut intervenir dans des secteurs très fermés; inversement, la reconstitution d'îlots boisés est préconisée dans les zones très ouvertes.

Thèmes principaux traités dans le PGF

Le plan de gestion forestière comprend tout d'abord une analyse des points forts de la gestion passée. L'organisation et la composition du patrimoine forestier sont ensuite analysées. Un inventaire des éléments supérieurs à prendre en compte est établi avant de procéder à la planification. A ce stade, les objectifs de gestion sont fixés, de même que les mesures à prendre pour les atteindre. Une nouvelle quotité (volume annuel exploitable) est calculée et une prévision financière est établie.

Le plan de gestion est rédigé de préférence par le garde forestier de triage avec l'appui de l'Office de l'environnement. Il est signé par son auteur et le propriétaire de forêt. ENV approuve le plan de gestion forestière, ce qui lui confère sa validité.

Disposer de PGF valides, une exigence légale, mais aussi une condition à remplir pour la certification des forêts

Les instances de certification des forêts procèdent à des audits réguliers de l'Association jurassienne d'économie forestière (AJEF) afin de contrôler l'application du droit forestier dans ce domaine. La présence d'outils de planification à jour est une exigence centrale.

Plan de gestion intégré (PGI)

Le plan de gestion intégrée (PGI) est un instrument devant garantir une gestion concertée, durable et profitable à toutes les parties des pâturages boisés. Les aspects agronomiques sont ici importants et sont traités de manière intégrée avec les aspects forestiers et les autres intérêts publics en présence. La commune de la Chaux-des-Breuleux dispose d'un plan de gestion intégré approuvé qui a fait l'objet d'un projet pilote. ENV veille à la coordination entre le PGF (obligatoire) et le PGI (recommandé).

Planification annuelle

Pour mener une gestion d'entreprise efficiente, il importe entre autre que les propriétaires utilisent des instruments de planification annuelle (projets de coupes, budgets, management de la sécurité, comptabilité analytique, etc.) ENV soutient l'utilisation de ces outils, en particulier une comptabilité transparente des produits et prestations réalisées.