La violence et la maltraitance peuvent toucher toutes les catégories de personnes. Une priorité: sensibiliser et informer les professionnels des secteurs médicaux, sociaux, éducatifs et sanitaires, qui sont en contact avec des victimes de violence et de maltraitance.
 

Maltraitance envers les enfants

Le niveau de sensibilisation des professionnels à la maltraitance envers les enfants a beaucoup augmenté ces dernières années. Les signes d’alerte et les facteurs de risque sont mieux connus. Par contre le type de démarche à entreprendre face à une situation qui inquiète pose encore de grands problèmes. A l'initiative de la Dresse Pascale Colom de la la fondation Charlotte Olivier, des formations sont désormais proposées pour des personnes «référents maltraitance» qui pourront donner à leurs collègues des réponses adaptées aux ressources du réseau et à la réalité locale, ceci afin d'améliorer la détection et l'aide précoce aux enfants et aux familles.

Association interprofessionnelle d'intervenants en matière de maltraitance des mineurs (AIIMM)
Noémie Chiffelle
T 032 422 20 57

Violence conjugale et familiale

Le personnel infirmier et médical des urgences doit intervenir fréquemment face à la violence. Il doit savoir la dépister et orienter les victimes vers le réseau d’aide afin d’éviter les séquelles psychologiques et physiques, mais aussi faire en sorte que les situations ne se dégradent et n’aboutissent à des homicides ou à des suicides. Le protocole de dépistage et le répertoire d'adresses utiles facilitent la prise en charge des victimes par le personnel médical. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les pages du Bureau de l'Egalité.

Maltraitance des personnes âgées

La maltraitance envers les personnes âgées est la principale préoccupation de l'association Alter Ego, présente dans le Jura. Plusieurs campagne d'information, de formation et de sensibilisation autour de la maltraitance des personnes âgées ont été mises en place ces dernières années.