Logo Jura - Image décorative Logo Jura - Image décorative

Qualité de l’air en 2018: un suivi efficient et des pics d’ozone marqués

Date : 15.10.2018 10:15:00

Depuis les années 1990, et en application de l’ordonnance fédérale sur la protection de l’air (OPair), le canton du Jura suit la qualité de l’air par le biais de mesures d’immission dans des stations fixes et mobile. Ces relevés montrent que la qualité de l’air s’est bien améliorée ces 30 dernières années. Des efforts restent à faire dans certains domaines, comme en témoignent les pics d’ozone relativement marqués ayant accompagné la canicule de cet été.


La Confédération communique régulièrement que la qualité de l’air s’est nettement améliorée en Suisse, mais que certains objectifs fixés dans la législation fédérale ne sont pas encore atteints. Les données jurassiennes permettent également de souligner les succès de la politique environnementale dans ce domaine tout en mettant en évidence des problèmes saisonniers

Dans le canton du Jura, le suivi est réalisé par le biais de trois stations de mesures en continu à Porrentruy, Saignelégier et Delémont, et d’une station mobile déplacée une à deux fois par année. La présence de 4 stations sur le territoire jurassien découle du suivi spécifique lié à la construction et à la mise en service de l’A16. Ce dernier étant en passe de se terminer, la station de Porrentruy sera mise hors service à la fin de l’année. Cette réorganisation du réseau de mesures s’explique aussi par une évaluation globale montrant une redondance entre les 2 stations fixes de Porrentruy et Delémont. Elle permettra aussi de limiter les coûts d’exploitation du réseau.

En été, l’ozone constitue un paramètre central pour la surveillance de la qualité de l’air. Il est produit par l’action du rayonnement du soleil sur des gaz dits « précurseurs », à savoir des oxydes d’azotes et des composés organiques volatils. Ces substances ont des origines diverses, dont principalement le trafic motorisé.

L’OPair fixe une valeur limite horaire d’immission de référence de 120 µg/m3 d’ozone. Au-delà de cette valeur, des effets sur la santé, comme une diminution de la capacité respiratoire, des irritations des yeux, du nez et de la gorge peuvent être ressentis, en particulier chez les personnes les plus vulnérables ou celles qui pratiquent une activité physique.

L’année 2018 a présenté des dépassements notables de cette valeur de référence (cf. tableau en annexe). Pour la station de Porrentruy, la valeur limite d’immission a été dépassée, plus souvent qu’en 2003 (332 heures vs. 267 heures). Elle a été franchie durant plus de 900 heures à Saignelégier, où l’absence de mesures en 2003 ne permet pas de comparatif. Les étés 2017 et 2018 ont été chauds et secs, mais l’absence de canicule durant l’été 2017 a permis de limiter le nombre d’heures de dépassement.

Peu de mesures de réduction des concentrations sont possibles à court terme en cas de pics d’ozone. L’Etat sensibilise surtout aux conséquences et incite la population à des comportements adéquats (activités de plein air limitées, transports publics, achats responsables de voitures).

Différents sites fournissent les informations relatives aux résultats des mesures de la qualité de l’air : www.jura.ch/air (canton du Jura), http://www.luftqualitaet.ch(cantons de la Suisse du Nord-Ouest) et bien sûr l’application mobile téléchargeable AirCHeck (résultats de mesures au niveau suisse).

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2018

Le site www.jura.ch utilise des cookies à des fins exclusives de statistiques et d'optimisation. En poursuivant votre visite sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.