La tourbière de la Gruère fait l’objet depuis quelques années déjà de mesures de restauration menées par l’Etat.

Le site de La Gruère est un véritable joyau naturel. Promu « réserve naturelle » dès 1943, le site bénéficie du statut d’importance nationale dans le cadre de cinq inventaires fédéraux liés à la protection de la nature et du paysage. Il est constitué d’un ensemble de biotopes marécageux et de forêts sur tourbe qui s’étend sur près de 85 ha d’un seul tenant.

Sa tourbière (appelée aussi « haut-marais ») est, avec ses 23 hectares, la 10ème plus grande de Suisse. Celle-ci a été passablement dégradée au cours des siècles derniers. En effet, de profonds fossés de drainage avaient alors été creusés il y a plus de 300 ans afin d’améliorer l’alimentation d’un étang, lorsque ce dernier servait encore de réserve d’eau pour un moulin. La tourbière a été en partie asséchée, entrainant une minéralisation de la tourbe (ce qui engendre chaque année l’émission de tonnes de CO2 dans l’atmosphère) ainsi qu’une modification de la végétation et de la faune typiques de ces milieux.

L’objectif est donc de restaurer le fonctionnement hydrologique de ce marais en bloquant et en comblant partiellement les fossés de drainage. Après une première série de coupes forestières et d’évacuation du bois par hélicoptère réalisée entre 2016 et le début 2018, les travaux de blocage et de comblement sur le fossé de drainage central ont été menés à bien entre les mois de juin et de novembre 2018. Cette étape a permis d’expérimenter des mesures de grande ampleur dans un environnement sensible et complexe.

La suite des travaux qui portera sur les drains restants est prévue à partir de 2021 et devrait s’étendre jusqu’en 2025.

Vous trouverez ci-contre un lien vers une rétrospective de l’ensemble des mesures de restauration de la tourbière mis en œuvre jusqu’à ce jour et ci-dessous un film documentaire (et sa version sous-titrée en allemand) sur les mesures réalisées entre 2017 et 2018.

Vidéo

Vidéo - Version sous-titrée en allemand