Les acteurs économiques sont tenus de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé de leurs collaborateurs, clients et partenaires. Les risques liés à l’épidémie imposent des mesures particulières. L’Office fédérale de la santé publique (OFSP) et le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) publient régulièrement de nouvelles informations à cet égard.

 

 

Nouvelles mesures pour les établissements publics

Le canton du Jura prend des mesures supplémentaires pour endiguer les contaminations et garantir le système actuel de traçage


9 octobre - Les contaminations à la COVID-19 ont augmenté de manière inquiétante ces derniers jours. Le Gouvernement jurassien prend ainsi de nouvelles mesures afin de stopper cette dégradation de la situation sanitaire. Certaines mesures entrent en vigueur immédiatement, d’autres dès le 14 octobre prochain. Elles doivent accroître l’aspect préventif pour protéger la population et pallier les limites actuelles du traçage. L’objectif est aussi d’éviter les mises en quarantaine massives de ces derniers jours et leurs conséquences importantes.

Dispositions en vigueur dès le 9 octobre pour les établissements publics

Formulaire pour les employeurs qui exigent un dépistage COVID-19

Les employeurs qui exigent de leur(s) employé-e(s) ne présentant pas de symptômes liés au COVID-19 d’effectuer le test de dépistage doivent préalablement remplir le formulaire ci-dessous. Les employeurs concernés s’engagent par ailleurs à prendre en charge les coûts liés à ce dépistage.

Protection de la santé au lieu de travail

Dans les entreprises

Quelles que soient les activités déployées, les employeurs sont tenus d’appliquer les règles sanitaires fixées par l’Office fédérale de la santé publique (OFSP). Ces dispositions sont impératives et doivent être mises en œuvre immédiatement.

Le film ci-dessous présente les mesures à prendre en entreprise pour éviter la propagation du coronavirus. Le canton du Jura remercie chaleureusement le canton du Tessin pour l’adaptation et la mise à disposition de ce film.
 

Vidéo - Comportements à adopter en entreprise pour éviter la contagion du COVID-19

Capture vidéo - Lien vers la vidéo Comportements à adopter en entreprises pour éviter la contagion du COVID-19 Capture vidéo - Lien vers la vidéo Comportements à adopter en entreprises pour éviter la contagion du COVID-19 (ouverture dans une nouvelle fenêtre)

Les mesures à mettre en œuvre sont également décrites dans l’aide-mémoire et la liste de contrôle établis par le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO). Si l’une ou plusieurs des mesures ne peuvent pas être appliquées, le travail doit être interrompu.

La SUVA a mis sur pied une hotline pour les questions concernant la protection de travailleurs dans les entreprises industrielles et artisanales contre le coronavirus: 041 419 60 02 ou securite.travail@suva.ch.
 

Concepts et plans de protection

Grâce à l’évolution positive de l’épidémie du coronavirus, de nombreux établissements, installations et manifestations sont à nouveau ouverts et autorisés (ou le seront prochainement). Vous trouvez ici les informations concernant les activités qui peuvent reprendre (ou qui le pourront prochainement).
 

Un prérequis pour pouvoir reprendre ses activités est l’élaboration et la mise en œuvre d’un concept de protection dans le but de protéger les collaborateurs, les clients, les participants. Les concepts de protection doivent se baser sur les recommandations de l’Office fédérale de la santé (OFSP) ainsi que celles du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) concernant la santé publique ainsi que la santé sur le lieu de travail.


Dans les concepts de protection, les «gestes barrière» doivent primer sur toute autre mesure, c’est-à-dire respecter une distance minimale de 1,5 mètre, se laver ou se désinfecter régulièrement les mains ainsi qu’aérer régulièrement les locaux.
 

L’élaboration et la mise en œuvre d’un concept de protection est de la responsabilité du professionnel, de l’établissement ou de l’organisation qui reprend ses activités. Les associations faitières soutiennent leurs membres dans cette tâche en élaborant des plans globaux spécifiques aux domaines concernés.


Le canton est chargé du contrôle de l’application de tels concepts. Il peut fermer les établissements qui n’ont pas de concept de protection ou qui ne le respectent pas.