Pâturage boisé aux Franches-Montagnes Pâturage boisé aux Franches-Montagnes Pâturage boisé aux Franches-Montagnes

Les pâturages boisés sont des surfaces sur lesquelles alternent, en forme de mosaïque, des peuplements boisés et des pâturages sans couvert et qui servent aussi bien à la production animale qu’à l’économie forestière. Il s’agit donc d’un écosystème agro-forestier semi-naturel façonné par l’homme au cours des siècles. Les pâturages boisés constituent une des composantes marquantes du paysage de notre Canton (carte de visite).

Le pâturage boisé (environ 4'600 hectares) est cependant menacé. Ces surfaces sont pris en tenaille entre intensification de la production animale à proximité des localités (et donc disparition du boisement au profit des surfaces herbagères) et déprise agricole, voire sous-exploitation du bois, dans les parties plus éloignées (et donc disparition des surfaces herbagères au profit du boisement et à terme de la forêt dense).

Du point de vue juridique, la législation assimile de longue date les pâturages boisés à la forêt. Une politique cohérente et efficace de sauvegarde des pâturages boisés doit s’articuler autour de plusieurs axes, allant du développement et de la vulgarisation d’outils de gestion efficaces à l’adaptation des soutiens financiers de la Confédération (politique agricole, politique forestière).

L’État mène une série d’actions en faveur du pâturage boisé (groupe de travail cantonal, commission intercantonale des pâturages boisés de l’Arc jurassien, projet Interreg IIIA en faveur de la sauvegarde des pâturages boisés, appui à la réalisation de plans de gestion intégrée (PGI), subventions pour des plantations d'îlots et des revitalisations de secteurs fermés). Une consolidation de la politique spécifique au pâturage boisé doit toutefois encore être inscrite dans une stratégie cantonale adaptée.