République et canton du Jura

Contrat de rivière franco-suisse de l'Allaine: un bilan à mi-parcours positif !

Date : 17.09.2013 14:05:00

Delémont, le 17 septembre 2013



Agir ensemble pour améliorer l'état des cours d'eau du bassin versant de l'Allaine d'ici 2015, c'est l'objectif que se sont fixés la République et Canton du Jura et la Communauté de Communes du Sud Territoire. Le bilan à mi-parcours est positif avec un engagement de 64% parmi les 90 actions programmées pour un budget total de 33 millions d'euros.



Une volonté internationale d’agir face à des cours d’eau dégradés

Le Contrat de rivière transfrontalier Allaine est né d’une forte volonté politique d’agir ensemble pour reconquérir la qualité de l’eau et des milieux aquatiques du bassin versant de l’Allaine, comprenant 46 communes dont 14 françaises et 26 suisses. Elaboré pendant plus de huit ans (2001-2009), et d’une durée effective de cinq ans (2010-2015), le Contrat est porté par la République et Canton du Jura sur le territoire suisse et par la Communauté de Communes du Sud Territoire (CCST) côté français. Ce programme budgété à 33 millions d’euros inclut un total de 90 actions françaises, suisses et francosuisses, dont la mise en oeuvre est portée par différents maîtres d’ouvrages, tels que les communes françaises et suisses, le Conseil Général du Territoire de Belfort, les Chambres Consulaires, diverses associations ou entreprises (dont bci Betriebs-AG pour la décharge de Bonfol), les agriculteurs, ou encore la Fondation des marais de Damphreux. En outre, les actions sont subventionnées pour partie par des fonds suisses cantonaux et fédéraux, et par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et le Conseil Régional de Franche-Comté en France.


Exemplarité d’une coordination franco-suisse

Arrivé à mi-parcours fin 2012, le programme d’actions a fait l’objet d’un bilan dont les résultats significatifs montrent la nécessité et l'exemplarité de la coordination franco-suisse pour réaliser une gestion intégrée et moderne des eaux. Ainsi, le bilan à mi-parcours a mis en évidence un état d’avancement encourageant, avec un taux d’engagement du programme d’actions à hauteur de 64 % et une réalisation du budget prévisionnel à hauteur de 47 %.


De nombreuses réalisations dans le domaine de l’eau et des milieux aquatiques

Les diverses réalisations ont touché de nombreux domaines liés aux eaux de surface et souterraines, tels que la restauration morphologique de cours d'eau et l'entretien des berges, les risques d'inondation, le traitement des eaux usées, la maîtrise des pollutions de l'industrie et des particuliers ou encore les ressources en eau potable. Un volet consacré à la sensibilisation, ainsi que des suivis de la qualité hydrobiologique des eaux ont été mis en place afin d’évaluer et garantir la pérennité des actions menées.


Actions menées en Suisse

Parmi les actions engagées côté suisse, des mesures de protection contre les crues incluant des restaurations morphologiques ont été ou sont actuellement réalisées sur l'Allaine à Porrentruy et sur le Bacavoine à Fontenais. De tels projets mixtes permettent de réduire les risques d'inondation en donnant plus d'espace au cours d'eau, tout en améliorant la qualité de l'écosystème pour la faune aquatique et la végétation riveraine.

Afin de valoriser les zones humides, précieuses pour la biodiversité et notamment pour la reproduction des batraciens dont toutes les espèces sont protégées au niveau suisse, différents sites reconnus d'importance nationale ont été aménagés, notamment les étangs des Coeudres à Damphreux, les étangs de Vendlincourt et le biotope des Neuf Etang à Bonfol. En plus de l'amélioration de la qualité écologique des milieux, ces projets ont généré une réelle valeur paysagère et ont créé des zones de détente appréciées du public.

En sus des travaux réalisés sur la décharge industrielle de Bonfol, différents sites contaminés ont été assainis, notamment les buttes de tir de Porrentruy ainsi qu'une aire industrielle présentant des concentrations en solvants chlorés supérieures aux valeurs légales. L'extraction des matériaux pollués a permis de prévenir de futures atteintes à l'environnement, notamment une contamination des eaux de surface ou des eaux souterraines.

Afin de pérenniser les actions du Contrat, l'importance de la sensibilisation du public est un élément clé. Dans ce but, un dossier pédagogique à destination des élèves jurassiens des degrés 7 à 10 HarmoS a été adapté en 2012 par le CABI en collaboration avec l'Office de l'environnement et le Service de l'enseignement (SEN). Ce document a pu être produit grâce à la collaboration des autorités genevoises qui ont gracieusement mis à disposition leur dossier pédagogique "Contrat de rivières" comme base de travail. En 2013, par le biais du SEN, huit classes ont participé au programme dont trois sur le bassin-versant de l'Allaine, montrant l'intérêt de la démarche pour sensibiliser les jeunes aux problématiques liées à la rivière.



Actions menées en France

Du côté français, afin de mieux traiter les eaux usées, source de pollutions des rivières, la mise en séparatif de réseaux a été effectuée sur les communes de Joncherey, Delle et Grandvillars, le curage de la lagune de Faverois a été réalisé, et une opération collective de réhabilitation des assainissements non-collectifs a été lancée sur le plateau de Croix. Dans le domaine industriel, ce sont 800 kilos de déchets dangereux qui ont pu être récoltés et traités et 494 740 euros qui ont été investis dans des équipements de prévention et de réduction des pollutions dans les entreprises.

Afin d’agir en faveur de la réduction de la pollution par les pesticides, problème majeur identifié sur le bassin versant, quatre communes, Joncherey, Delle, Grandvillars et Morvillars, se sont lancées dans la réalisation d’un plan de désherbage communal pour réduire les quantités de pesticides utilisés. De plus, les deux jardineries présentes sur le bassin versant se sont engagées à former leurs vendeurs et à conseiller leurs clients dans ce sens.

La végétation présente le long des cours d’eau, fortement dégradée, a fait l’objet de premiers travaux de restauration avec un chantier de lutte contre la Rénouée du Japon à Joncherey. Cette végétation joue un rôle très important de stabilisation des berges et de refuge pour la biodiversité.

Les gestes de chacun ont un impact fort, les particuliers ont donc également un rôle important à jouer. Afin que ceux-ci stoppent l’utilisation de pesticides, quatre réunions d’information sont organisées chaque année pour leur apporter les conseils nécessaires et un jardin biologique à vocation pédagogique a été installé sur la commune de Faverois. Les particuliers peuvent aussi apporter leur contribution en précisant la localisation des espèces invasives qu’ils rencontrent lors de leurs promenades grâce au site Internet dédié : http://www.allaine.info/especes-invasives.


L’eau potable est une ressource précieuse à préserver. Afin de la protéger au mieux, les zones de protection des aires de captage des eaux de Saint Dizier l’Evêque, Morvillars et Grandvillars ont été délimitées et 115 hectares ont été engagés par les agriculteurs sur les communes de Grandvillars et Morvillars dans le but d’optimiser leurs pratiques et de réduire les pollutions arrivant aux captages.

S’il est important de mener des actions dès aujourd’hui, ce sont les enfants qui seront les acteurs du monde de demain, voilà pourquoi l’éducation a toute sa place dans le Contrat de rivière avec, d’une part, 240 enfants de cinq écoles différentes sensibilisés chaque année par les pêcheurs dans le cadre des journées de nettoyage organisées par la CCST et d’autre part, cinq à huit classes participant chaque année aux « classes rivières » dont l’objectif est de mieux comprendre le fonctionnement de l’écosystème de la rivière, tout en initiant les enfants aux enjeux de sa préservation.


Perspectives

Le bilan à mi-parcours du Contrat de rivière Allaine est encourageant et les perspectives pour les deux années restantes sont prometteuses. Les réalisations suivantes restent à entreprendre :

Côté français, plusieurs actions d'envergure actuellement à l’étude se concrétiseront, tels que la finalisation des projets d’assainissement avec notamment la création d’une station d’épuration pour les communes de Réchésy, Courtelevant et Florimont, ainsi que la mise en oeuvre des projets de restauration morphologique sur les communes de Delle et Réchésy à l’été 2014. Les actions de réduction des pesticides par les communes, les particuliers et les agriculteurs seront pérennisées, ainsi que les actions de restauration de la ripisylve et les actions en direction des entreprises. La sensibilisation des scolaires se poursuivra.

Côté suisse, afin d'atteindre les objectifs durables tels que la préservation des ressources en eau et la protection de l'environnement, des actions devront encore être menées, notamment la mise en oeuvre des mesures des plans généraux d'évacuation des eaux par les syndicats concernés et les communes membres. La mise en application de l'espace réservé aux eaux en accord avec la révision de la Loi fédérale sur la protection des eaux permettra également de minimiser l'impact anthropique sur les ruisseaux et les rivières, notamment grâce à une exploitation agricole extensive de cet espace bordant les cours d'eau.


Des résultats qui s’inscrivent dans les objectifs de l’année internationale de coopération dans le domaine de l’eau définis par l’ONU

La Communauté de Communes du Sud Territoire et la République et Canton du Jura se félicitent d’avoir mis en place une collaboration exemplaire qui permet d’inscrire les résultats significatifs de ce bilan à mi-parcours dans le cadre de l’année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau instituée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 2013. Le bassin versant de l’Allaine est l’un des 276 bassins hydrographiques transfrontaliers à travers le monde (dont 68 en Europe) sur lesquels l’eau constitue une ressource précieuse dont la gestion dépasse les frontières. Ainsi, le programme d’actions du Contrat de rivière transfrontalier Allaine s’inscrit dans l’un des objectifs clé défini par l’ONU à savoir « La coopération dans le domaine de l’eau est déterminante pour préserver les ressources en eau et protéger l’environnement».

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2014