L'horloge géante offerte en signe d'amitié par le Canton du Jura à la Ville de Québec a traversé l'Atlantique et sera inaugurée ce vendredi 19 septembre en présence d'une importante délégation jurassienne.

C’est dans un abri de verre installé dans les Jardins de l’Hôtel de ville de Québec que l’horloge offerte par le Jura trônera désormais. Inscrit au patrimoine de l’UNESCO, cet emplacement prestigieux en plein cœur de l’arrondissement historique du Vieux Québec a fait l’objet d'un réaménagement complet intégrant l’infrastructure nécessaire à l’installation de l’horloge.

Une horloge géante... pour traverser le temps

Vue de l'horloge offerte par le Canton du Jura à Québec à l'occasion du 400e anniversaire de la ville - Touche Esc pour fermer la fenêtre Vue de l'horloge offerte par le Canton du Jura à Québec à l'occasion du 400e anniversaire de la ville - Touche Esc pour fermer la fenêtre

L’horloge «porte-bonheure» marque l'amitié indéfectible entre le Canton du Jura et la ville de Québec depuis l’accord de coopération de 1983. Ce projet d'horloge monumentale avait été initié par le Gouvernement jurassien en 2008 à l'occasion du 400e anniversaire de la ville de Québec

«Nous tenons à offrir un cadeau qui marque notre amitié pour Québec à travers le temps et qui mette en valeur les compétences jurassiennes en renforçant les relations entre nos deux pays de culture francophone», avait déclaré en 2008 Elisabeth Baume-Schneider, ministre de la Formation, de la Culture et des Sports.

Une pièce unique de haute horlogerie

Intérieur du rouage de l'horloge offerte par le Jura à Québec - Touche Esc pour fermer la fenêtre Intérieur du rouage de l'horloge offerte par le Jura à Québec - Touche Esc pour fermer la fenêtre

Ojet de grande valeur et d'un très haut niveau de complexité technique, l'horloge géante a été conçue et réalisée par l'entreprise jurassienne Richard Mille, en collaboration avec l'Ecole des métiers techniques de Porrentruy et la Haute-Ecole Arc.

Haute de 3,5 mètres, l'horloge a été conçue selon les règles de la très haute horlogerie. Son mouvement est visible, avec des complications animées en permanence, notamment un double fuseau horaire (heure de Québec et heure du Jura) et un quantième perpétuel.

Pas moins de 26 corps de métier, 6400 heures de développements et 4000 heures de montage pendant 6 ans ont été nécessaires pour assembler le garde-temps qui pèse près de 2 tonnes. A lui seul, le mouvement est composés de 5450 pièces.

Le défi majeur pour les concepteurs a été de respecter les exigences de la haute horlogerie avec des composants 300 à 500 fois plus grands que d’habitude.

Source: RTS INFO