République et canton du Jura

Présence du loup : mise en œuvre des premières mesures renforcées de protection des troupeaux

Date : 22.04.2022 14:00:00

Le renforcement des clôtures entourant les pâturages les plus exposés à la présence du loup démarre dans différentes exploitations ovines et caprines du canton. Un agriculteur concerné par cette mesure, les autorités cantonales et les autres partenaires impliqués dans ces démarches de protection ont présenté ce jour les modalités de mise en œuvre dans une exploitation des hauteurs d’Undervelier, exploitation qui élève quelque nonante brebis laitières.

Dans le contexte actuel de recolonisation du territoire cantonal par le loup, les modalités de protection mises en place vont dans le sens des directives du « Plan Loup » de la Confédération. L’objectif est double : dissuader le loup de s’en prendre aux troupeaux des éleveurs de petit bétail et concrétiser les exigences du droit fédéral pour cette première phase de recolonisation de l’espèce, caractérisée par quelques jeunes mâles qui explorent toute la région avant de s’établir là où ils trouvent de la nourriture en suffisance.

Le Gouvernement jurassien a récemment validé un crédit de 180'000 francs devant permettre aux exploitations ovines et caprines qui ne bénéficieront pas de la présence de chiens de protection de renforcer leur système de clôtures. Ce montant est alloué à l’acquisition du matériel spécifiquement retenu. La Confédération et WWF financent également ce projet. Différents acteurs se sont également mis à disposition pour participer à la mise en œuvre des clôtures de protection, comme l’Espace Formation Emploi Jura (EFEJ).

Le rôle du préposé cantonal à la protection des troupeaux engagé à la Fondation Rurale Interjurassienne (FRI) est essentiel puisque c’est lui qui contacte les exploitants de manière proactive ou qui réceptionne leurs demandes et les conseille dans leur choix. Une coordination est assurée par l’Office de l’environnement, qui pilote le dossier et doit, par exemple, également veiller à la libre circulation de la faune sauvage ou aux conflits avec des itinéraires de mobilité douce.

Le Groupe de travail chargé de discuter, d'évaluer et de proposer les mesures de protection et d'accompagnement liées à la présence des grands prédateurs dans le canton définira les prochaines étapes de mise en œuvre. Il s’agira notamment de dresser un premier bilan des exploitations engagées dans ce programme de protection et de pérenniser les mesures pour les prochaines années. Il a, par ailleurs, prévu de convier les principales associations liées à la protection de la nature, à la mobilité douce, à la forêt et à la chasse à une visite d’exploitation de manière à ce que chacun puisse prendre connaissance de la réalité du terrain et des tâches conséquentes qui incombent aux exploitants.

Le loup de Montsevelier n’a pas pu être identifié

L’Office de l’environnement (ENV) a reçu les derniers résultats des analyses génétiques du Laboratoire de Biologie de la Conservation de l'Université de Lausanne au sujet de l’individu ayant commis une attaque sur l’exploitation du Greierlet à Montsevelier. L’échantillon ADN n’a malheureusement pas pu révéler de quel individu il s’agissait. Il n’est donc formellement pas possible de savoir si un (M207 identifié à Epauvillers) ou plusieurs loups sont actuellement en phase de colonisation à l’est de l’Arc jurassien.

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2022

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.