Logo Jura - Image décorative Logo Jura - Image décorative

Mieux connaître la qualité de l’eau des rivières du canton

Date : 25.09.2018 09:20:00

La qualité de l’eau s’est globalement améliorée ces 40 dernières années dans les cours d’eau de Suisse et du Jura. Le développement de la chimie de synthèse représente toutefois un problème et une menace sérieuse, en particulier pour les cours d’eau de faible débit. L’Office de l’environnement renforce en conséquence son programme d’actions et de surveillance de la qualité des eaux de surface.


Depuis la construction des stations d’épuration pour les eaux usées, les rivières suisses ne sont plus les cloaques d’autrefois. Cette amélioration est bien documentée à l’échelle suisse. Par contre, la qualité des eaux de bon nombre de cours d’eau reste insatisfaisante, avec une réduction de la biodiversité qui se poursuit. Les petits cours d’eau, qui servent de réservoirs biologiques et de refuges à des espèces sensibles, doivent être particulièrement préservés des impacts de petites pollutions ou de rejets divers.

Les micropolluants constituent aujourd’hui un problème important. De nombreuses substances issues de la chimie de synthèse, comme des résidus de médicaments et de pesticides, se retrouvent dans les eaux. Les concentrations restent faibles, avec toutefois encore bien des questions ouvertes sur leurs effets et les impacts dus à leur mélange. Dans ce domaine, les constats des 20 dernières années ont incité la Confédération à lancer un vaste programme pour le traitement des micropolluants présents dans les eaux usées et à rédiger un plan d’actions de réduction des risques liés à l’utilisation des produits phytosanitaires. Il appartient au canton du Jura de mettre en œuvre ces planifications. Elles se concrétiseront notamment par le traitement des micropolluants dans les stations d’épuration de Porrentruy et Delémont. Dans un horizon de 3 à 5 ans, plus de 60% des micropolluants présents dans les eaux usées à l’échelle du canton sont appelés à être éliminés. Par ailleurs, un plan d’actions cantonal de réduction des pesticides, concrétisant celui de la Confédération, sera lancé cette année encore.

En complément à ces actions de réduction des nuisances, l’Office de l’environnement a réorganisé et renforcé son programme de surveillance de la qualité des eaux de surface. Dans la mesure des budgets dévolus à ces analyses, le suivi usuel des principaux cours d’eau jurassiens (Doubs, Allaine, Birse, Sorne et Scheulte) sera désormais complété par :

  • Une surveillance spécifique des petits cours d’eau, selon un tournus sur quatre ans par bassin versant. Chaque année, un bassin versant fera l’objet de campagnes d’analyses mensuelles sur huit à douze points de prélèvements complémentaires à ceux existants sur le cours d’eau principal ;
  • Un renforcement du spectre d’analyses des micropolluants sur l’ensemble des cours d’eau ;
  • Des campagnes de mesures en continu, au moyen d’une sonde mobile, de paramètres de base tels que l’ammonium issu d’un dysfonctionnement d’une station d’épuration ou d’épandages de purin inappropriés.

Ce suivi renforcé de la qualité des eaux permettra d’identifier les sources de pollution les plus nuisibles à l’environnement, de cibler des actions de remédiation pertinentes et de contrôler l’efficacité des mesures prises. Il doit aussi permettre d’informer régulièrement la population tout en agissant en faveur de la sauvegarde de la biodiversité.


Des micropolluants de toxicité très variable

La révision en cours de l’Ordonnance fédérale sur la protection des eaux met en évidence la très grande variabilité de la toxicité des micropolluants sur les organismes aquatiques. Certains micropolluants sont nuisibles à des concentrations extrêmement faibles, de l’ordre de quelques cent milliardièmes de gramme par litre. Un gramme d’une de ces substances est ainsi susceptible de polluer une rivière, par exemple l’Allaine en période d’étiage, sur plusieurs kilomètres.

Les études écotoxicologiques les plus récentes permettent de cibler les substances les plus dangereuses, et les chimistes affinent en permanence le matériel et les méthodes d’analyse pour les quantifier. L’importance des effets « cocktail » reste toutefois encore mal connue, et il convient d’appliquer le principe de précaution en réduisant le plus possible l’exposition aux micropolluants.


Réduire la pollution, mais pas seulement

Améliorer la qualité chimique des cours d’eau est fondamental pour leur sauvegarde. Leur redonner une morphologie proche de l’état naturel l’est tout autant. Dans ce domaine, les actions à réaliser sont clairement définies et leur mise en œuvre est en cours, notamment dans le cadre des chantiers de protection contre les crues (par exemple Delémont Marée basse, Birse et Scheulte à Courroux).


Source :  Aquabug, Pascal Stucki

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2018

Le site www.jura.ch utilise des cookies à des fins exclusives de statistiques et d'optimisation. En poursuivant votre visite sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.