Bandeau - Jura - Image décorative

Un étrange type de dentition chez un poisson jurassique découvert dans les profondeurs de la Transjurane

Date : 24.09.2019 11:15:00

Les travaux paléontologiques de la Paléontologie A16 ont permis la découverte de milliers d’empreintes de pas de dinosaures dans les strates géologiques du Jurassique traversées par la Transjurane. Entre ces couches de calcaire à empreintes, de nombreux fossiles de crocodiliens, de tortues et de poissons ont été trouvés dans des niveaux argileux. En analysant à l’aide d’une technologie de pointe une mâchoire de poisson trouvée dans le Jurassique de la commune de Courtedoux, les paléontologues ont découvert un type de dentition unique de remplacement dentaire.


La Paléontologie A16, entité de la Section d’archéologie et paléontologie de l’Office de la culture du Canton du Jura, a achevé sa mission au 30 juin 2019. Mais elle n’a pas fini de livrer des découvertes faisant progresser la connaissance scientifique. C’est le cas d’un travail sur une mâchoire de poisson remarquable, qui vient d’être publié dans la revue anglaise Palaeontology. L’étude a été menée dès 2018 durant les travaux de la Paléontologie A16 dans le canton du Jura par une équipe internationale, composée de Léa Leuzinger (ancienne collaboratrice de la Paléontologie A16 et actuellement doctorante en Argentine), sous la conduite de Jean-Paul Billon-Bruyat (responsable de la Paléontologie A16), et avec la collaboration d’Adriana López-Arbarello (Musée d’histoire naturelle de Munich) et de Lionel Cavin (Muséum d’histoire naturelle de Genève et ancien collaborateur sur les chantiers paléontologiques de l’A16).

Les fragments d’un poisson nommé Scheenstia, un nom qui signifie « joli animal » en bavarois, sont régulièrement trouvés dans les roches du Jurassique supérieur du Jura (155 millions d’années). Ce sont généralement des écailles émaillées et des dents bulbeuses isolées, sans grand intérêt scientifique. Le spécimen analysé dans cette étude est un fossile beaucoup plus rare, une demi-mandibule très bien préservée. En reconstituant en trois dimensions sa structure interne grâce à la tomographie par rayons X, les paléontologues ont eu la surprise de découvrir que chaque dent broyeuse présente à la surface de la mâchoire a une dent de remplacement située à sa verticale, mais la tête en bas. Apparemment, cette disposition est unique parmi les Vertébrés.

Il semble que ce poisson, amateur de coquillages qu’il broyait entre ses mâchoires puissantes, perdait parfois toutes ses dents en même temps. En quelques jours, alors que le poisson se retrouvait édenté, les dents de remplacement effectuaient un demi-tour à l’intérieur de l’os avant leur éruption dans la mâchoire. Ce mécanisme particulier a d’importantes implications sur notre compréhension du mode de remplacement dentaire chez les Vertébrés en général et chez les humains en particulier.

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2019

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.