Image décorative Image décorative

Bandeau Coronavirus -  Image décorative Bandeau Coronavirus -  Image décorative

Découverte de la suite de la voie romaine de Porrentruy, Sous Roche de Mars

Date : 12.11.2020 15:32:00

Le suivi archéologique précédant la construction d’une usine-relais à Porrentruy, Sous Roche de Mars, a révélé un nouveau tronçon de la voie romaine qui desservait la région au début de notre ère.

 

La construction d’une nouvelle usine-relais, à l’entrée de Porrentruy au lieu-dit Sous Roche de Mars, est suivie de près par la Section d’archéologie et paléontologie de l’Office de la culture. En effet, la parcelle est située en périmètre archéologique en lien avec la présence d’une voie romaine, dont le tracé desservait le territoire de l’actuel canton du Jura. Elle remonte au début de notre ère, soit aux 1er et 2e siècles après J.-C., et faisait partie du réseau complexe de voies romaines mises en place pour l’administration des provinces de l’Empire. Ce tronçon en particulier appartenait au tracé qui menait de Pierre-Pertuis à Mandeure dans le Doubs (agglomération secondaire d’Epomanduodurum).

La surveillance du site a été initiée dès le début des travaux de terrassement en fin de semaine dernière. La voie romaine, dont on connaît la présence à cet emplacement suite à la découverte d’un premier tronçon en 2016 lors de la construction du laboratoire de boulangerie adjacent, est sans surprise apparue sous près de 2m50 de sédiments. L’entreprise a été avertie lors de l’attribution du permis de construire de la présence de cette voie romaine, et a donc eu l’occasion de s’adapter en conséquence en vue des fouilles archéologiques à réaliser.

Le tronçon dégagé est très bien conservé sur toute la longueur de la parcelle concernée, soit sur près de 65m. La largeur de la voie est d’environ 3m40, ce qui est assez étroit par rapport à d’autres parties de son tracé - les portions retrouvées au début des années nonante à Porrentruy, Sous Hermont, à Alle, Pré Monsieur et à Alle Noir Bois étaient quant à elles larges de 6,50à 6,70 mètres. Cela s’explique par la configuration difficile du terrain, dans une pente et en bordure de talus. Son tracé est lui-même légèrement en pente et en légère incurvation.

Le radier de la chaussée – appelé « hérisson » - est typique des voies romaines. Il est constitué d’un rang de cailloux et blocs anguleux de calcaire soigneusement posée de chant, le tout étant recouvert d’un revêtement de graviers liés par une matrice de limons argileux. La surface carrossable est particulièrement bien conservée, notamment dans sa partie septentrionale, où la bordure de la route se délimite très nettement. Son fort compactage et la présence de vagues ornières témoignent de la forte fréquentation de cette voie, que ce soit à pied ou à cheval. Cela est par ailleurs attesté par la découverte d’une quinzaine de clous de chaussures de légionnaires, ainsi que d’un anneau en bronze faisant sans doute partie d’un harnachement.

«  Retour
Partager

Jura l'original  ch.ch  Promotion Economique  Jura Tourisme  Site certifié par Access-for-all 

Contacts | Impressum | Conditions d'utilisation | Accessibilité

Copyright © jura.ch - 2021

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.