Le Doubs est une priorité pour les autorités cantonales, fédérales et binationales

Le Doubs est une rivière franco-suisse qui abrite une faune et une flore remarquables et représente un joyau pour la biodiversité. Des espèces rares y vivent tel que l’Apron du Rhône (Zingel asper), poisson emblématique de la boucle suisse du Doubs. La boucle jurassienne recense également les zones alluviales d'importance nationale de la Lomène (no 144), de la Réchesse (no 145) et de Clairbief (no 399).

Malgré son bon état écologique par rapport aux autres rivières suisses de taille comparable, le Doubs souffre de différents maux. Le cours d’eau subit l’effet des éclusées générées par les installations hydroélectriques en fonction sur le Doubs franco-suisse. La continuité écologique, des poissons comme des sédiments, est interrompue par la présence de seuils et de retenues d’eau. Des problèmes ponctuels mais préoccupants de qualité des eaux peuvent également apparaître.

Pour pallier à la dégradation de l’écosystème du Doubs, les autorités suisses (cantons et Confédération) et françaises collaborent au sein de trois groupes binationaux sur les thèmes :

  • de la pêche depuis 1991 (Commission mixte),
  • de la qualité des eaux et des milieux aquatiques depuis 2011,
  • de la gestion des débits depuis 2011.

Les mesures à prendre découlent :

  • au niveau cantonal des planifications stratégiques,
  • au niveau national du « Plan d’action national en faveur du Doubs (2015) » de l’Office fédéral de l’environnement,
  • au niveau binational du « Plan d’action visant à réduire les impacts des activités humaines sur la qualité du Doubs franco-suisse (2014) », ainsi que des actions définies au sein du groupe « Gestion des débits » (p.ex. révision du Règlement d’eau des trois ouvrages hydroélectriques en fonction sur le Doubs franco-suisse).

Stopper la dégradation de l’écosystème, redonner au Doubs et à ses affluents un état aussi naturel que possible en intégrant les problématiques environnementales, agricoles, touristiques, telles sont les tâches principales auxquelles s’attellent les autorités.